Journal ordinaire d'une histoire pas ordinaire

Mes souvenirs du présent

 

Adieu

C’est moi qui dis adieu à notre relation

C’est moi qui suis incrédule à tous tes mensonges. C’est moi qui réalise que je ne peux pas me raccrocher aux mots que tu as prononcés et aux émotions que tu as ressenties quand tu étais seul.

C’est moi qui me rends compte que tes actions ne correspondaient jamais à tes paroles et que tes sentiments n’étaient jamais réels. C’est moi qui reconnais que tout ce temps je mentais parce que je ne voulais pas te perdre.

C’est moi qui dis adieu à notre relation

C’est moi qui te perds. C’est moi qui efface tes photos. C’est moi qui efface tes messages. C’est moi qui oublie tes mots. C’est moi qui perds notre amitié et qui perds notre amour. C’est moi qui te perds et je le pense cette fois. C’est moi qui vis sans jamais penser à revenir vers toi.

C’est moi qui suis honnête avec moi-même. Je ne te défendrai plus quand quelqu’un te dira que tu es horrible. Je ne verrai plus le meilleur en toi. Je ne te mettrai plus sur un piédestal et je ne te protégerai plus de leurs critiques acerbes. C’est moi qui ne veux plus te voir revenir. C’est moi qui t’abandonne pour toujours.

C’est moi qui prends la décision que j’aurais dû prendre il y a longtemps. C’est moi qui te chasse de mon coeur. C’est moi qui fais de la place pour quelqu’un d’autre.

Quelqu’un de mieux que toi. Quelqu’un qui sait ce qu’est l’amour. Quelqu’un qui m’apprécie. Quelqu’un qui est tout ce que tu n’es pas. Quelqu’un qui me rappelle l’amour que je mérite .

C’est moi qui dis enfin adieu. Adieu à tous les plans que j’avais pour nous. Adieu à l’avenir que j’avais imaginé avec toi. Adieu à tous les endroits où je voulais t’emmener et à toutes les choses que je voulais partager avec toi.

Adieu à toutes les histoires que je voulais avec pour toi. Adieu à tout ce qui porte ton nom. Adieu à tout ce qui me rappelle toi.

C’est moi qui m’aime. C’est enfin moi qui réalise que je ne peux pas t’aimer et m’aimer moi aussi. C’est moi qui comprends enfin que tu étais la seule personne qui m’empêchais de trouver le véritable amour.

C’est enfin moi qui décide que je ne vais plus me punir en t’aimant. C’est moi qui laisse aller tout le ressentiment et l’amertume. C’est moi qui réalise que tu es ta plus grande punition.

Dans : Confidences,États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 2 décembre 2017
A 6 h 17 min
Commentaires : 0
 
 

Vous la perdez…

Vous la perdez quand vous lui donnez le sentiment d’être une option alors qu’elle fait de vous sa priorité.

Vous la perdez lorsque vous la gardez à l’écart alors que tout ce qu’elle fait c’est vous choisir.

Vous la perdez un peu plus chaque fois que vous la désorientez et que vous tracez des lignes trop floues pour les voir.

Parce que tout ce qu’elle ressent est noir et blanc.

Vous la perdez chaque fois que vous lui mentez.

Vous la perdez quand vous ne vous engagez pas.

Vous la perdez chaque fois que vous la quittez et qu’elle se sent un peu vide.

Vous la perdez chaque fois que vous l’utilisez. Physiquement ou émotionnellement.

Vous la perdez lorsque vous vous éloignez et que vous agissez comme si vous ne reviendrez pas.

Vous la perdez quand vous jouez à des jeux. Comme la façon dont vous ignorez son message juste pour faire sauter son fil d’actualité.

Vous la perdez quand vous la laissez entrer pour la repousser.

Vous la perdez quand vous lui dites que vous l’aimez, mais pas assez pour faire quelque chose à ce sujet.

Vous la perdez chaque fois qu’elle se bat pour vous, mais ce ne sont que ses combats.

Vous la perdez lorsque vous lui dites que vous l’aimez, mais que toutes vos actions sont en contradiction avec ce que vous dites.

Vous la perdez quand vous ne répondez pas et qu’elle arrête de regarder son téléphone.

Vous la perdez lorsque vous donnez à quelqu’un d’autre la possibilité de la traiter de la manière dont vous ne pouvez pas.

Vous la perdez quand elle regarde en arrière et qu’elle ne vous voit pas revenir vers elle.

Vous la perdez quand elle murmure au revoir alors que tout ce qu’elle veut, c’est une raison de rester.

Vous la perdez parce que vous ne méritez pas quelqu’un comme elle.

Et ironiquement, ce ne sera que lorsque vous l’aurez perdue, que vous vous rendrez compte de ce que vous aviez.

Mais d’ici là, il sera déjà trop tard.

 

Dans : Non classé
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 18 juin 2017
A 18 h 17 min
Commentaires : 0
 
 

Ce que nous méritons tous ..

 

IMG_0168

 

Vous méritez quelqu’un qui répond à vos messages. Quelqu’un qui vous veut, seulement vous, et qui vous fait sentir qu’il/elle vous désire.

Quelqu’un qui ne peut s’empêcher de vous envoyer un message en se réveillant le matin quand la lumière du soleil traverse lentement le rideau.

Quelqu’un qui veut passer ses vendredis soirs autour d’un verre avec vous, mais aussi ses dimanches à ne rien faire. Quelqu’un qui tient son parapluie une personne juste au-dessus de vous quand il pleut, pour que vous soyez à l’abri. Vous méritez quelqu’un qui pense à vous, souvent.

Quelqu’un qui vous appelle au téléphone à la fin d’une longue journée, car il/elle veut entendre le son de votre voix avant d’aller dormir.

Quelqu’un qui prévoit quelque chose avec vous un mardi soir, car le week-end est trop loin, peu importe s’il/elle doit aller au travail le lendemain.

Quelqu’un qui dit oui, pas peut-être, et qui suit. Vous méritez d’entendre une chanson à la radio qui vous fait fondre à l’intérieur à la simple pensée de cette personne.

Quelqu’un qui pourrait vous regarder dormir pendant des heures et être parfaitement content(e) de la grâce et de l’immobilité de ce moment.

Quelqu’un qui mange des pizzas avec vous au lit, et qui ne juge pas les pantalons de survêtement qui vous donnent un look sportif.

Quelqu’un qui ne vous a jamais quitté quand vous traversiez une mauvaise passe. Quelqu’un qui ne vous a jamais quitté quand votre couple n’était pas au meilleur de sa forme.

Quelqu’un qui ne vous a jamais quitté malgré les nombreuses tentations.Vous méritez quelqu’un qui ne vous quitte pas lorsque les choses deviennent un peu moins excitantes, lorsque votre vie subit un changement important, quand vous êtes fatigué(e), quand vous êtes perdu(e) ou confus(e) et que vous ne savez pas quoi faire ou quand vous doutez de vous et de vos capacités.

 

Vous méritez quelqu’un qui vous remet constamment en question.

Quelqu’un qui vous donne envie de vous améliorer chaque jour, car il/elle essaie d’être meilleur(e) aussi .

Quelqu’un qui choisit de vous élever, toujours. Vous méritez la magie, les feux d’artifice et les canons de confettis qui explosent dans votre ciel bleu. Vous méritez quelqu’un qui prendra toujours soin de votre cœur, car il/elle savent combien il était fragile avant de l’avoir.

Quelqu’un qui partage votre peine quand vous souffrez.

Quelqu’un qui se réveille à côté de vous chaque jour, en ayant l’impression d’avoir décroché le jackpot, et qui s’estime très chanceux/se de vous avoir à ses côtés. Vous méritez l’attention de quelqu’un.

Quelqu’un qui vous regarde, et je veux dire qui vous voit vraiment, et toute la beauté qui se trouve en vous. Vous méritez d’être le premier choix de quelqu’un. Le meilleur ami/la meilleure amie de quelqu’un.

De partager de la complicité avec quelqu’un. De tout représenter pour une personne. Vous méritez d’être aimé(e), et d’être aimé(e) d’une façon extraordinaire.

 

Dans : Confidences,États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 11 juin 2017
A 20 h 36 min
Commentaires : 0
 
 

Ne refuse jamais un pardon !

 

 

IMG_0160

 

Tant qu’on refuse de pardonner, on maintient volontairement un lien très fort avec la personne qui, selon nous, nous a fait du mal.

Tant que nous ne pardonnons pas, nous rétrécissons notre capacité à aimer véritablement. Nous asséchons notre cœur en gardant rancune.

Tant que nous en voulons à l’autre, c’est à nous que nous faisons du mal. Pas à l’autre.

Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis ; cela ne veut pas dire que nous oublions ce qui a été fait ; cela ne signifie pas que ce n’était pas grave ce qui s’est passé.

Non. Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre par mon manque de pardon. Cela signifie que je choisis de ME libérer de ce qui entrave mon bonheur. Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d’être heureux, d’être bien.

Pardonner c’est voyager léger. C’est faire preuve de maturité. C’est prendre le dessus sur notre ego qui refuse de pardonner tant que justice n’a pas été rendue, selon lui. Si on écoute notre ego dans ces cas-là, nous signons un passeport pour le malheur pour le reste de notre vie. Car notre ego refuse de pardonner, puisqu’il est toujours dans le jugement.

Peu importe l’ampleur de la faute, peu importe son occurrence, peu importe notre douleur initiale, si nous ne pardonnons pas, nous ne nous libérons pas. Et nous restons coincés au moment où ces événements se sont produits, continuant de nous faire souffrir dans le présent pour ce qui fait déjà partie du passé, mais que nous maintenons actuel en alimentant notre rancune, en revivant inlassablement les mêmes événements, en les racontant, en nous identifiant à eux. C’est ce que vous avez envie de vivre pour le reste de vos jours ?

IMG_0158

Vous aimerez-VOUS assez pour vous libérer de ce qui vous empêche d’être heureux ? Ou laisserez-vous votre rancune détruire le reste de votre vie ?

Évidemment, on ne doit pas rester dans ce qui nous fait souffrir ni tolérer l’intolérable ; nous sommes mieux de nous éloigner de tout ce qui est toxique pour nous ; on est plus sage si on évite les personnes qu’on sait qui pourraient nous blesser à nouveau. On ne retourne pas se jeter dans la gueule du loup !

Et pardonner ne signifie pas renouer avec qui nous a fait mal.

Quand on pardonne, pour de vrai, avec le cœur, on se libère du poids le plus lourd que nous puissions porter dans notre vie.

Prenez une roche pour chaque personne à qui vous refusez encore de pardonner, pour chaque événement. Traînez ces roches avec vous partout durant au moins 24 heures : quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous brossez les dents, quand vous allez travailler, quand vous prenez votre bain, quand vous marchez, vous traînez toujours ces roches avec vous. Au bout de la journée, vous serez épuisés de porter votre sac rempli de roches tellement lourdes qu’elles ne vous donnent plus le goût d’avancer.

Et bien c’est exactement ce qui se produit au niveau spirituel : tout ce que vous refusez de pardonner, ce sont des roches que votre âme traîne continuellement, ce qui lui enlève à elle aussi le goût d’avancer, ce qui la rend lourde et l’épuise. Vous vous surprenez de stagner dans votre vie ? Vous trouvez que certains aspects de votre vie vont mal ? Alors qu’avez-vous à pardonner ? À vous ? Aux autres ?

Vous seul détenez la clé de votre bonheur : le Pardon.

Vous voulez vivre libres et heureux ? Cela se résume en un seul mot : PARDONNEZ !

*message personnel à celui que j’aime encore aujourd’hui et qui m’a fait souffrir sans même sans rendre compte, je te pardonne car je t’aime mais je te fuis parce que je m’aime.

 

Dans : Art de vivre,Confidences,États d'âme,Non classé
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 7 juin 2017
A 22 h 34 min
Commentaires : 0
 
 

Maintenant ou jamais !

 

IMG_0156

 

 

 

Et si on parlait d’amour?! Que veux tu, je suis une amoureuse de l’amour, c’est comme ça, il va falloir t’y faire. Nous allons évoquer cet amour très particulier, le « je t’aime, mais pas maintenant ».

De nos jours, de nombreux coeurs se rencontrent avant même que le passé ne soit pleinement enterré. Nous ne sommes pas là pour discourir du bien fondé ou non, ça arrive pour moult raisons, plus ou moins bonnes, je te le concède bien volontiers, mais ça arrive. Personne n’est à l’abri de l’inattendu.

Mais qu’en est il de ce « pas maintenant » quand l’histoire est consommée depuis de nombreuses années? N’y aurait il pas là, comme un truc qui cloche? Et bien moi, il y a une notion qui m’échappe.

L’amour, le vrai, l’authentique, celui qui te fait vibrer le coeur, n’a pas le temps d’attendre. Quand tu aimes profondément, tu n’as qu’une seule envie c’est de partager, d’être dans l’échange, de vivre pleinement chaque instant qui s’offre, à deux.

L’amour décuple les forces, donne tous les courages, il n’est ni raisonnable, ni raisonné.

Alors que vient donc faire ici ce « pas maintenant »? Parfois l’autre peut avoir besoin de plus de temps pour faire le ménage dans sa vie, nous n’avançons pas au même rythme. Il peut se retrouver aux prises avec ses doutes, ses peurs, ses propres limites. Jusque là, je peux le comprendre, mais après…

Quand le temps continue de filer, quand les années se succèdent et que le « pas maintenant » est toujours de rigueur, je crois que la vraie question a se poser est, est ce vraiment de l’amour qui sommeille au fond de cet autre coeur?

Puisqu’il parvient sans mal à avancer sur sa route en conservant intact tout ce qu’il avait auparavant c’est que que l’amour n’est pas aussi vrai qu’il veut bien te le dire. Quelqu’un à qui tu manques véritablement fera tout pour être près de toi et ne supportera pas de mettre la moindre distance entre vous. Une personne qui t’aime sincèrement ne prendra jamais le risque de te perdre ou de te voir partir avec un autre que lui. Le seul qu’il sera capable de prendre, c’est de voler jusqu’à toi parce que tu lui auras fait pousser des ailes.

Quand on aime d’amour, toutes les barrières sautent à la vitesse de l’éclair parce que chaque seconde passées loin de son complément d’âme est insupportable. Quand on aime avec le coeur, cet amour on fait tout pour le vivre pleinement parce que sans lui, on ne vit pas, on meurs à l’intérieur.

 

« Je t’aime »et « mais » ne devraient jamais se trouver dans la même phrase.

Celui qui te dit « pas maintenant »te garde juste comme une porte de sortie, pour lui tu n’es pas un essentiel, juste un complément. Oui, je sais, ça fait un peul mais pour ton bien, le mieux est encore de fuir, loin, très loin. Parce que je peux t’assurer que si son amour était à la hauteur du tien, tu n’en serais pas à attendre qu’il se décide enfin. Il serait déjà là, à couler près de toi des jours heureux.

Tu croyais probablement que c’était lui, mais regarde autour de toi. La seule chose qui t’accompagne encore c’est le vide, l’absence, les silences, ta solitude. Maintenant que tu as compris ça, tu es surement parvenue à franchir l’étape nécessaire à ton épanouissement. Rien de ce que tu as vécu ne t’était inutile, tu devais vivre chacune de ces étapes pour savoir de quoi sera fait celui qui t’accompagnera.

Et franchement, tout à fait entre nous, tu vaux bien mieux que les quelques miettes que l’on a consenti à t’offrir. Ne brade pas ce que tu as à donner pour qui n’en veut pas. C’est à toi que tu fais du mal, c’est toi que tu blesses. Libère toi, ouvre grand les yeux, souris, dans très peu de temps la vie va mettre un autre sur ton chemin parce que tu acceptes enfin de le laisser t’approcher.

Il y a quelque part quelqu’un qui est en train de gravir la montagne, d’affronter toutes les tempêtes. Il ne sait pas encore que c’est pour arriver jusqu’à toi mais quand vous vous rencontrerez, il n’y aura pas de place pour un « pas maintenant » parce que ce sera une évidence et qu’une évidence, ça n’attend pas une seconde de plus.

Et si c’était aujourd’hui?

*petit message personnel au « pas maintenant » que je connais. Ces mots ont été écrits avant que tu viennes me dire d’aller me faire foutre avec mes valeurs et mes convictions. Mais comme tu vois, je n’ai pas attendu que tu me donnes ton consentement, j’avais déjà franchi le pas!!

Dans : Art de vivre,États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 25 mai 2017
A 21 h 17 min
Commentaires : 0
 
 

la « presque relation »

Il vaut mieux être seul que dans une « presque relation »

Il vaut mieux être seul que dans une « presque relation »

Il vaut mieux ne pas avoir de message que lui envoyer un message détaillé, puis de voir qu’il l’a lu il y a vingt minutes et ne pas recevoir de réponse.

Il vaut mieux s’asseoir seul à la maison un vendredi soir en regardant Netflix que passer des heures à s’habiller, juste pour annuler à la dernière seconde.

Il vaut mieux sortir et vous amuser avec vos amis le week-end que d’attendre pour voir s’il vous envoie un message avec une invitation pour venir chez lui.

Il vaut mieux avoir la liberté de flirter avec d’autres personnes que rester fidèle à une, même si la personne a flirté avec d’autres derrière votre dos.

Il vaut mieux vous offrir un sommeil réparateur que vous asseoir toute la nuit, à attendre que son prochain message arrive.
Il vaut mieux ne rêver de personne plutôt que de poursuivre quelqu’un qui joue , en surveillant les autres options possibles, car il ne veut plus s’installer.

Il vaut mieux vous toucher avec vos propres mains que dormir avec quelqu’un qui ne vous utilise que pour votre corps, même s’il sait que vous voulez plus de lui.

Il vaut mieux vous concentrer sur vos amis et votre travail plutôt que de passer tout votre temps à analyser les messages qu’il a envoyés et les photos qu’il a téléchargées sur Instagram.

Il vaut mieux admettre que vous n’avez pas encore trouvé la bonne personne que vous convaincre qu’une personne toxique est celle avec laquelle vous êtes censé être.
Il vaut mieux vous donner l’amour dont vous avez besoin que donner tout votre cœur à quelqu’un qui ne fera que la moitié du chemin.

Il vaut mieux dire que vous êtes célibataire que c’est compliqué. Il vaut mieux être heureux tout seul que malheureux avec quelqu’un d’autre.

Il vaut mieux être célibataire qu’être dans une presque relation, car presque ne suffit pas. Vous méritez mieux. Vous méritez la confiance, la cohérence, l’amour.

Vous méritez quelqu’un qui fera des plans avec vous une semaine à l’avance, car il veut avoir le temps de nettoyer son appartement et planifier le rendez-vous parfait pour vous impressionner. Quelqu’un qui répondra à vos messages rapidement, même s’il est deux heures du matin et qu’il doit se lever pour travailler à six heures.

Vous méritez quelqu’un qui a envie de s’engager avec vous. Quelqu’un qui se consacre à vous et qui n’aura aucun doute sur sa décision.

Vous méritez quelqu’un qui vous fera voir que vous méritez qu’on vous réponde, que vous méritez tout son temps et son attention.

Vous méritez beaucoup plus qu’une presque relation. Vous méritez quelqu’un qui dit ce qu’il pense, qui donne autant qu’il accepte, qui tient toutes ses promesses et qui ne vous déçoit jamais.

Dans : États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 9 octobre 2017
A 5 h 26 min
Commentaires : 0
 
 

Tu ne peux obliger qqn …

À tous ceux qui restent, même quand l’amour blesse

Nous faisons tellement d’efforts pour être la personne parfaite pour le partenaire que nous aimons.

Vous le voyez contrarié? Vous restez tranquille. Vous le voyez en colère? Vous vous excusez. Chaque fois qu’il entre dans la pièce, vous vous sentez coupable pour tout ce qui le met de mauvaise humeur.

Tous les problèmes auxquels il est confronté deviennent vos propres problèmes. Et vous ne devriez pas avoir à vous excuser pour avoir essayé d’aimer et d’aider quelqu’un qui est censé vous aimer et vous aider en retour.

Nous sommes trop attachés pour partir, mais trop fatigués pour rester. Ce sont les souvenirs de «ce que c’était au début» qui nous donnent la motivation de continuer à chercher cela chez une personne dont les intentions ont changé.

Il faut parfois une seule journée voire quelques heures pour changer complètement et décider de partir. C’est la partie la plus difficile. Le véritable amour ne change pas dans le temps, mais la différence entre ce qui est réel et faux semble nous avoir dupé.

À tous ceux qui restent, même quand l’amour blesse:

C’est drôle, la façon dont nous nous excusons pour les gens qui nous font du mal. Nous mettons notre bonheur entre leurs mains, mais quand ils l’ont brisé, ils cherchent des excuses.

Eh bien, nous évaluons chaque imperfection que nous avons et nous reprochons l’effondrement d’une relation que nous avons construit tout seul. Nos excuses ne sont que pour réparer le lien que nous avons partagé avec eux alors que nous ignorons les pièces qui sont brisées en nous.

Nous méritons plus.

Nous méritons d’avoir quelqu’un avec qui danser dans la foule, pas quelqu’un qui est assis à une table, en attendant la prochaine occasion de partir. Nous méritons quelqu’un qui partagera une bière avec nous, pas quelqu’un qui nous quittera un samedi soir seulement pour vous faire sortir du bar au milieu de la nuit.

Nous méritons quelqu’un qui nous fer a aimer tous les moments de la vie passés ensemble, pas quelqu’un qui nous donnera l’impression d’attendre notre départ.

Nous méritons d’avoir quelqu’un qui aime la façon dont nous l’aimons, pas quelqu’un qui nous prend pour un fou de l’aimer d’une façon qu’il ne comprend pas. Nous méritons quelqu’un qui pense ce qu’il dit et qui s’engage à travailler ensemble vers un futur, pas quelqu’un qui demande de l’espace et nous repousse quand nous essayons de l’aimer.

Nous ne méritons pas d’être traités moins bien que le traitement que nous donnons.

Voici la seule chose que nous devons garder à l’esprit :

plus nous perdons de temps avec les personnes qui ne méritent pas notre amour, moins nous passons de temps avec les personnes qui le méritent. La douleur de la rupture sera beaucoup moins importante que la douleur présente lorsqu’on reste.

Être amoureux ne doit pas faire mal.

Dans : Confidences,États d'âme,Non classé
Par journaldunetrentenairepaumee
Le
A 5 h 21 min
Commentaires : 0
 
 

Libre !

« Il n’est point de bonheur sans liberté ni de liberté sans courage » Périclés

Je choisis d’être libre malgré mes peurs, mes doutes, mes hésitations et mes peines. Je choisis la liberté chaque fois que mes peurs m’emprisonnent, que mes doutes m’assaillent, que mes souffrances m’alourdissent et que ma tristesse me ronge.

Je choisis d’être libre ici et maintenant malgré la volonté de ceux qui souhaitent me coller une étiquette, me définir, me catégoriser, me juger ou me dénigrer.

Je choisis la liberté d’être moi-même dans cette société où il est plus facile d’être comme tout le monde. Je choisis la liberté face à l’oppression, la tyrannie et la manipulation.

Je choisis d’incarner mes valeurs profondes, d’exprimer ce qui me touche et ce qui m’inspire. Je choisis de vivre ce qui me fait vibrer. Chaque jour je choisis de respecter mon rythme intérieur et de suivre mes inspirations. Je choisis de faire grandir la liberté en moi en me transformant et en grandissant. J’honore la vie qui s’écoule en moi. Je laisse mes émotions me traverser librement en cessant de les emprisonner.

J’accueille le choix de chacun même si ce choix n’est pas la liberté. Je bénis tous les moments où je n’ai pas su être libre. J’honore qui je suis chaque fois que je ne sais pas être libre.

Je suis libre de choisir la liberté ou de ne pas la choisir.

Je suis libre de me rendre libre même dans les pires situations d’emprisonnement. A chaque instant, j’ai la liberté de choisir de ressentir la liberté.

Qui, en moi, dit que je ne suis pas libre ? Quelle partie en moi me tyrannise en me persuadant que je ne suis pas libre ? Je suis libre si je fais ce choix au plus profond de moi.

« Je serai libre quand je serai en weekend ou en vacances, quand les enfants auront grandi, quand je serai à la retraite, quand j’aurai remboursé mon crédit, quand j’aurai assez d’argent pour m’offrir tout ce que je souhaite… »

Et si nous décidions d’être libre ici et maintenant, quelle que soit la situation ? Et si nous cessions de nous maltraiter et de nous ôter nous-même la liberté que nous méritons ?

Permettez-vous d’être libre ici et maintenant. Comment vous sentiriez-vous si là, tout de suite, vous étiez LIBRE ?

Nous sommes des êtres libres. Mais sans doute avons-nous besoin d’expérimenter l’emprisonnement mental, émotionnel et physique pour réaliser que la liberté peut se vivre malgré tout.

Je choisis d’être libre pas nécessairement en faisant ce que je veux quand je veux. Je choisis d’être libre même lorsque je crois que je ne le suis pas. Je choisis de me libérer de TOUT ce qui me fait croire que je ne suis pas libre.

Et alors je suis complètement LIBRE ! Au plus profond de moi je vibre la LIBERTÉ.

Lorsque Jésus a été crucifié, n’a-t-il pas voulu nous enseigner qu’au-delà des pires atrocités mentales et physiques, notre liberté reste intacte puisqu’il a transcendé toutes les oppressions en ressuscitant?

Et si la vraie liberté se trouvait au-delà du corps, des émotions et du mental ?

Et si la liberté était un espace de libre-accès chaque fois que nous en avons besoin ?

Un espace sacré de reconnexion avec notre pure éternité.

Un espace infini de retrouvailles avec notre pure LIBERTÉ.

 

Merci à toi de m’avoir permis de comprendre qui je suis, sois heureux !
Dans : Art de vivre,Non classé
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 6 juin 2017
A 0 h 22 min
Commentaires : 0
 
 

Je ne peux pas mieux exprimer …

Image de prévisualisation YouTube

Tu te reconnaîtras …

Je te sais de cette manière …

Dans : Confidences,États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 5 juin 2017
A 20 h 46 min
Commentaires : 0
 
 

Tu m’as sortie du vide pour me jeter dans le néant

Je ne t’oublierai jamais, mais je te laisserai partir.

Lentement, mais sûrement, je me déferai de l’idée de nous. J’abandonnerai toutes les notions d’un avenir, ces fragments d’espoir que toi et moi deviendrions quelque chose de réel.

Je regarderai les promesses d’un lendemain s’éloigner dans la brise d’hier, morceau par morceau, moment par moment, larme par larme.

Et je me libérerai.

Je détacherai les liens qui m’ont empêchée de m’aimer parce que tu ne pouvais pas m’aimer comme j’en avais besoin. J’enlèverai le cadenas qui m’a gardée enchaînée dans le magnifique chaos que tu étais.

Je jetterai la clé. Je nettoierai mes mains, je me libérerai des promesses qui ne sont que poussière et je m’éloignerai. Battue et meurtrje, oui, pas indemne, effrayée et vaincue, mais toujours debout sur mes deux pieds.

C’est moi qui te laisse enfin partir.

Et tout cela ne veut pas dire que je ne me souviendrai pas de toi. Non. Je sais que je le ferai. Tu étais, et tu es toujours, une personne très importante pour moi. Tu m’as guérie et aimée et tu m’as complètement brisée.

Ce n’est pas une tache qui se nettoie d’un coup d’éponge, ce n’est pas une blessure qui guérit après quelques jours.

C’est le genre d’amour qui laisse un cœur brisé.

Je reconnais et j’accepte que tu viennes dans mes pensées de temps en temps. Et pendant ces visites, cela pourrait blesser. Cela pourrait me faire sourire. Et pour être honnête, cela pourrait ne rien me faire ressentir du tout. Mais le point est le suivant:

Je me souviendrai de toi, et je continuerai encore.

J’apprécierai ce que nous étions, ce que nous n’étions pas et ce que tu m’as appris. Tu me manqueras. Tu ne me manqueras pas. Je serai soulagée d’en finir. Je le regretterai.

C’est un voyage, le lâcher prise. Mais c’est vraiment le seul moyen de devenir libre. Et si faire confiance à la chute libre est ma seule chance, alors je suis prête à faire ce saut. Je suis enfin prête à plonger complètement dans l’océan de l’incertitude, même si cela signifie que tu ne viens pas avec moi.

Mais ce qui est le plus important, c’est ma déclaration officielle que je ne laisserai plus jamais quelqu’un d’autre me retenir. Désormais, je m’appartiens.

Je ne t’oublierai jamais, mais je te laisserai partir

 

Dans : Art de vivre,États d'âme
Par journaldunetrentenairepaumee
Le 19 mai 2017
A 17 h 14 min
Commentaires : 0
 
12
 
 

Le Blog De Perline |
Fara : Unfiltered |
Blog d'une fille ordin... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Problemes d'une vie
| Rosylibertybook
| Jeveuxetretoutcequejesuisca...